Daoud est un peintre de l’exode

ses tableaux  mettent en scène, des humains sur le point de départ vers un long voyage : le moyen ? C’est souvent la mer. Cet espace hante une grande majorité des ses tableaux, ces plages de l’Inconnu, gorgés des bateaux, des voiles, des mats et du sable sans fin de l’Eldorado encadrent l’histoire que Daoud veut nous présenter.

Ces visages, sans histoire marquée sur leurs fronts, racontent un long chemin de l’exode, portent en eux le poids d’un passé et le rêve d’un avenir.

Ils sont tous là représentés dans ces tableaux : hommes, femmes, enfants. Leurs traits ne sont pas clairs, mais de leurs visages se dégagent la compassion humaine, la résiliation ainsi que la révolte, le chagrin ainsi que la béatitude, et au-delà de toutes ces émotions, une prière se ressent…on a l’impression qu’on est face à l’autel de la passion et on ne peut que compatir avec eux.

Daoud, dans une interview à AZART magazine, a dit : « Mon travail est en rapport avec l’Homme, en quête d’espoir et d’amour de vivre, face au chaos et à l’absurdité qui tue. […]